Sur le concept " Temps"

Publié le par Anne Grimaldi

 

Lire  : Le culte de l'urgence. La société malade du temps.

         Nicole AUBERT, 2003.

L'auteur est psychologue et sociologue.

 

Avant -propos :

 

" Dans un ouvrage précédent (1), nous avions exploré ce que nous appelions " la face d'ombre " de la société contemporaine, en montrant le coût psychique et humain généré par l'exigence de performance et d'" excellence " à l'œuvre dans l'univers professionnel. Depuis, un autre paramètre est apparu, lié à l'avènement de la " dictature du temps réel " qui a instauré dans l'entreprise et dans la société le règne de l'urgence, de l'instantanéité, de l'immédiateté.

Pour comprendre l'impact du nouveau rapport au temps qui s'est ainsi instauré dans notre société, nous nous sommes appuyés sur une recherche menée dans plusieurs grandes entreprises situées dans divers secteurs d'activité : industrie lourde, banque, automobile, industrie pharmaceutique, informatique, grande distribution, assurance, multimédia, audiovisuel, etc. Notre investigation a comporté de nombreuses interviews, individuelles ou en groupe, de dirigeants et d'employés, de cadres et de managers dans divers métiers : financiers, responsables de ressources humaines, commerciaux, responsables de production, informaticiens, consultants. Elle s'est aussi appuyée sur un travail en profondeur avec de nombreux médecins du travail de diverses grandes compagnies, ainsi qu'avec des psychiatres intervenant en entreprise ou recevant en consultation le même type de personnes.
Mais le rapport à l'instantanéité et l'urgence ne se vit pas que dans l'univers du travail. Une recherche menée sur l'impact de l'extrême compression du temps dans le surgissement des crises et des catastrophes sous-tend également la réflexion menée dans le cadre de cet ouvrage (2) . Le progrès technique, lié lui aussi à une recherche éperdue de gain de temps, affecte en effet considérablement nos repères spatio-temporels. Dans le domaine des technologies complexes et sensibles, l'homme se trouve aujourd'hui face à des horizons temporels qui lui échappent, semant ainsi le germe de situations incontrôlables et risquées.

Plus globalement, c'est la manière dont ce nouveau rapport au temps contribue à redéfinir l'identité de l'individu contemporain, produit de notre société " hypermoderne ", que nous avons voulu cerner dans le cadre de cet ouvrage. De la recherche de sens, sous les multiples formes qu'elle emprunte désormais, à l'évolution des modes de thérapie centrés dorénavant sur l'efficacité immédiate, en passant par l'avènement de l'éphémère dans l'institution familiale ou l'apparition d'une littérature " de l'instant ", le règne du " temps court " a définitivement supplanté celui du " temps long ". Notre ouvrage s'est ainsi élargi aux divers registres et aux multiples façons dont l'individu contemporain tente d'abolir le temps par une quête éperdue de l'intensité de soi dans l'instant présent.

 

 

SOURCE : www.1libertaire.free.fr

 

( à compléter avec l'avant-propos)

 

 

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article